"Les pourparlers sont une manière africaine de résolution des conflits"

  • Source: : Seneweb.com | Le 12 juillet, 2017 à 19:07:45 | Lu 1623 fois | 0 Commentaires
content_image

"Les pourparlers sont une manière africaine de résolution des conflits"

Le 12 juillet 1987, en pleine période d'Apartheid, des dirigeants de l'ANC et des Blancs, qui supportent le système ségrégationniste, se retrouvent dans la capitale sénégalaise pour lancer, officiellement, les négociations qui ont conduit à l'avènement de la Nation arc-en-ciel en Afrique du Sud.

Trente ans plus tard, les gouvernements sénégalais et sud-africain commémorent la Conférence de Dakar. Ouvert hier, mardi 11 juillet, l'événement sera marqué par un colloque qui sera tenu ce jeudi à la place du souvenir.

En prélude à cette rencontre dont le thème est "La force du dialogue : hier, aujourd'hui et demain", Dr Judy Smith Höhn, directrice générale Global market de Brand South Africa, l'agence officielle chargée de l'image de l'Afrique du Sud, revisite cette page de l'histoire de l'Afrique, par-delà celle des deux pays.

Dans le cadre de la commémoration des 30 ans de la Conférence de Dakar, une convention de jumelage a été signée entre le musée de Robben Island, où Nelson Mandela a été incarcéré, et la Maison des esclaves de Gorée : qu'est-ce qui uni ces îles ?

Les deux îles occupent une place importante dans l'histoire de nos pays. Gorée constitue une partie importante du patrimoine du Sénégal. Il en est de même pour Robben Island, l'île où Nelson Mandela et beaucoup de ses compagnons de lutte ont été incarcérés. Au-delà de cette incarcération Robben Island a aussi une riche histoire. Et donc les deux îles ont joué un rôle significatif dans l'histoire de chacun de leur pays.

Un colloque est au menu sur le thème : "La force du dialogue : hier, aujourd'hui et demain". Avez-vous été inspirés par les nombreux conflits en Afrique ?

La Conférence de Dakar de 1987 est une des nombreuses rencontres au cours desquelles des parties adverses ont accepté de s'asseoir autour d'une même table et compris par la même occasion que la négociation (dialogue) est l'unique voie menant à une transition pacifique.

Et ici sur le continent africain, nous avons beaucoup d'exemples où les négociations ont joué un rôle clé dans la résolution des conflits. Comme c'est le cas, célèbre, des femmes du Liberia qui ont réussi à réunir les factions rebelles de leur pays autour d'une même table pour discuter des voix de sortie de crise.

Je pense donc que les pourparlers et les négociations sont une manière africaine de résolution des conflits. Que ce soit sous l'arbre à palabre ou comme sur l'île de Gorée en 1987, c'est notre manière à nous de régler nos problèmes. Et pas seulement pour l'Afrique, il y a bien des leçons à tirer pour le reste du monde. La plupart du temps quand les conflits se règlent par la force, ils ne se terminent pas bien. Mais ceux qui se règlent autour d'une table, avec l'accord de toutes les parties sur une façon particulière de les régler, connaissent une résolution durable.

Nous devons continuer à appliquer cette leçon, celle de toujours négocier.

Il ne faut pas croire qu'une seule rencontre autour d'une table suffit pour s'accorder; nous devons continuer à négocier en ayant à l'esprit qu'il est parfois nécessaire de se retrouver autour de la table.

Cela est très important pour l'Afrique du Sud et pour le reste du continent. Nous devons nous rappeler l'importance du dialogue et de la négociation.

Quels sont les objectifs visés à travers ce colloque et le profil des participants ?

Le but essentiel de ce colloque c'est de voir quelle leçon nous pouvons tirer du passé des négociations réussies. Quelles leçons pouvons-nous tirer de la manière dont ces négociations ont été menées ? Et  aujourd'hui il s'agit pour Brand South Africa de  comprendre ce qui s'est passé. Comment ça s'est passé et ce que nous pouvons retenir afin de poursuivre la construction de la cohésion sociale dans notre pays ? Mais également élargir cela au contexte global africain afin de savoir ce que nous pourrons tirer d'autres exemples de négociations et de dialogues réussis.

C'est le but principal de cette rencontre et nous recherchons comment améliorer ce que nous avons réussi jusqu'ici parce que naturellement nous savons que nous ne sommes pas parfaits. Alors, que peut-on faire de mieux dans le futur ? C'est là aussi un de nos objectifs clés.

Donc nous avons invité un ensemble de conférenciers dont 5 "Dakarois", c'est-à-dire les Sud-Africains et Sénégalais ayant participé à la Conférence de Dakar de 1987. Donc, je suis convaincue que nous aurons des discussions riches et intéressantes.

Qu'allez-vous faire des conclusions du colloque ?

Ce ne sera pas la dernière rencontre du genre. Nous avons déjà organisé des discussions similaires sur d'autres plateformes en Afrique du Sud, et nous aurons encore un autre colloque de la même dimension dans la phase sud-africaine de cette initiative. Nous voulons aussi en collaboration avec certains des conférenciers, sortir un livre contenant les leçons que nous allons tirer de là.

Nous avons d'autres idées que nous comptons explorer lorsque nous allons tirer les conclusions. Tout cela dépendra de ce qui sortira des travaux de ce jeudi. Et bien évidemment nous allons continuer cette conversation sur d'autres plateformes sur lesquels Brand South est présente...

Pourquoi avoir créé l'agence Brand South Africa pour vendre la destination Afrique du Sud ?

Notre agence a été créée juste après le choix de l'Afrique du Sud comme pays organisateur de la Coupe du monde en 2010.

Brand South Africa a été mise sur pied comme le Conseil de marketing international parce qu'on a constaté qu'il n'existait aucun organisme faisant la promotion du pays comme destination pour les investissements et du tourisme et pour beaucoup d'autres choses encore.

Donc cette agence a été créée pour jouer ce rôle et aider à préparer la Coupe du monde.

Le plus intéressant dans tout ça et d'ailleurs drôle Dr Isafa Hadji qui était un des participants de la Conférence de Dakar de 1987 est l'un des cerveaux derrière la création du Conseil International marketing. Il était également membre du Conseil d'administration de Brand South Africa.

Après la Coupe du monde 2010 nous avons senti la nécessité de poursuivre la promotion de l'image de marque du pays au-delà de 2010, c'est ce qui explique notre présence ici aujourd'hui pour commémorer les 30 ans de la Conférence de Dakar.


Auteur: Seneweb News - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com